by in Bangalore, Food

Depuis ces derniers mois, on ne peut plus les ignorer : aux heures des repas, ce sont des dizaines et des dizaines de livreurs qui s’activent dans Bangalore pour livrer les menus proposés par pléthore de nouvelles applications mobiles comme FreshMenu, Spoonjoy ou encore Dazo. Il se livre actuellement une petite bataille virtuelle sur ce segment et nul doute que tous n’en sortiront pas indemnes…

Il existe deux grands trends : les entreprises qui cuisinent elles-mêmes leurs plats et qui les livrent et celles qui se contentent d’afficher les cartes des restaurants des environs (en sélectionnant plus ou moins quelques plats) puis qui se chargent de la commande auprès du restaurant et de la livraison.

La clé du succès repose à la fois sur la qualité des plats, le prix et le temps de livraison, ce qui est un avantage pour les applications qui ont juste besoin de livrer depuis une cuisine centrale et qui n’ont pas à aller se fournir dans un restaurant tiers.

Ce modèle est particulièrement pertinent dans une ville comme Bangalore où le trafic rend chaque déplacement difficile. Beaucoup de personnes travaillent aussi dans des “IT Park”, des complexes de bureaux où l’offre pour déjeuner est vraiment très limitée voire inexistante…
Ces applis sont en général très bien marketée, avec de belles photos qui mettent bien en avant les produits (même si au final on les reçoit en plateaux-repas) et utilisent la géolocalisation, même si la lecture des cartes ici n’est pas quelque chose d’habituel et que le petit coup de fil avant livraison est rarement évité (et parfois compliqué à gérer).

Depuis quelques temps nous avons donc commencé à tester toutes ces solutions pour nous en faire une idée un peu plus précise.
Déjà, ce que l’on remarque tout de suite est le prix souvent très abordable (entre 100 et 300 rps pour la plupart) ! Par contre, la qualité reste très aléatoire.

Les applis que nous retenons :

> Fresh Menu : Ils ont leur propre menu qui change tous les jours. Un peu plus cher que la moyenne mais la qualité est impressionnante et les portions très copieuses. Surtout des plats non-indiens par contre.

> Dazo. Prix très abordables (et encore ils ont changé depuis peu leur interface permettant de naviguer dans différentes catégories comme sur Uber) , qualité correcte mais variable. Ils ont un modèle un peu entre deux car ils offrent certains plats qu’ils cuisinent eux-mêmes et une sélection de plats d’autres restos. Ca paraît une bonne idée mais vu qu’ils ne centralisent en fait rien, ils livrent les plats avec différents livreurs au fur et à mesure… De plus, lors de notre dernière commande, le délai a été très long et la nourriture ne correspondait pas toujours à ce qui était en photo sur l’appli…
Ils sont tout de même les seuls livreurs qui ont réussi à arriver chez nous sans nous appeler avant !

> Swiggy : Ils ne possèdent pas de cuisine en propre mais proposent les cartes de nombreux restaurant. Service rapide et efficace. Pas mal pour tester des restos dans lesquels on ne serait pas allé (trop loin ou ambiance moyenne) ou pour retrouver un bon plat d’un resto dans lequel on a l’habitude d’aller (ils livrent même des desserts ou glaces uniquement).

Nous avons aussi testé Faasos, nourriture de très mauvaise qualité pour le coup, et SpoonJoy, bonne qualité mais notre plat était arrivé froid…

Ceci n’est qu’un petit aperçu, nous n’avons pas encore testé Eatlo, TinyOwl, Delyver, FoodPanda, Zomato, Latenight, Justeat, Getmyfood, Nutritown et pas mal d’autres !!

On va quand même faire attention à ne pas tomber dans le piège et continuer d’arpenter les rues de Bangalore pour se régaler ! Reste à voir d’ailleurs si le phénomène de mode ne va pas retomber mais il est tout de même indéniable que ces applications remplissent un vrai besoin ici.

Swimming pool at Dune
Tower room at Dune
French Consulate at Pondicherry
Promenade at Pondy

Pondichéry, depuis Bangalore (et encore plus depuis Chennai), c’est une destination week-end facile pour changer un peu d’air. C’est d’ailleurs très populaire auprès des Indiens qui y trouvent un air colonial français toujours entretenu voire renouvellé (un mini voyage en Europe en quelque sorte).
Pour nous, “Pondy”, c’était jusqu’ici une destination qui nous avait toujours laissé un goût de trop peu. Certes, le quartier français a un certain charme, mais ça reste assez limité, voire un peu fake ou rétrograde. Quand à Auroville, la promesse de visiter une société utopique vivante fait rêver mais vu que l’accès aux touristes y est limité à un parcours guidé limité, on s’y sent un peu parqués. Enfin, pas de vraie plage digne de ce nom pour laisser entrevoir une farniente balnéaire sympa.
Pourtant cette fois, nous avons renoué avec ce coin l’espace d’un week-end, car, mousson oblige, la moitié ouest de l’Inde (donc Goa et le Kérala) sont arrosés en continu et donc inaccessibles à cette période de l’année.
On se tournait donc vers Pondy un peu par défaut et nous y avons finalement passé un super week-end grâce à certaines nouveautés (du moins pour nous).

Premièrement, nous avions booké un hôtel assez atypique dont nous avions entendu parler depuis un moment, le Dune hotel qui se trouve à quelques kilomètres au dessus de Pondichéry, en bordure de mer et qui a la particularité d’avoir construit des chambres “concepts” toutes plus différentes et parfois délirantes les unes que les autres (chambre “tower” en haut d’une tour avec vue su la mer, chambre “silver” complètement argentée, chambre bungalow sur pilotis, etc…). Pour ne rien gâcher, ils ont un restaurant sympa et leur propre ferme sur le terrain de l’hôtel, sans parler de la piscine jouxtant une plage déserte…

Ensuite, nous avons pu visiter et pénétrer dans le fameux Matrimandir (le symbole et lieu de méditation d’Auroville) pour la première fois et c’est une expérience unique qui nous a transporté. Alors que nous pensions qu’il était quasi impossible de le visiter, le process, bien qu’un brin contraignant (il faut booker la veille en personne, se pointer assez tôt le lendemain matin et attendre, attendre avant d’enfin visiter) est en fait assez ouvert et gratuit (de nombreux groupes de touristes Indiens le savent d’ailleurs). Sans vous dévoiler complètement la visite (et de toutes façons on n’a pas pu prendre de photos), le lieu est un mélange de décor de Star Wars, de planche de l’Incal, de minimalisme architectural japonais, de (rétro) futurisme à la Futuroscope, le tout mâtiné de symboles mystiques. Bref, une sacrée expérience dont nous étions étonné de ne jamais avoir entendu parler avant.
Concernant Pondy, au-delà de son charme colonial français (avec de vrais restes vivants comme des papys jouant à la pétanque!), on a été étonné de découvrir que sa “Pomenade” le long de la mer, était en fait fermée à la circulation tous les soirs (un truc un peu impensable en Inde) pour mieux permettre à tout un chacun de profiter de l’air marin le temps de sa “evening walk”.

Niveau culinaire, l’héritage colonial français n’a jamais été aussi vivant depuis que de nombreux entrepreneurs français semblent avoir investi les lieux ces dernières années : petit dej et autres pâtisseries françaises impeccables et simples à Baker’s Street (il faut voir la tête émerveillée des européens rentrant dans cette boutique !), petits plats et bon produits de la mer dans l’un des restos des hôtels coloniaux (on a testé et approuvé le Dupleix de notre côté) et enfin, charcuterie et fromages produits localement au Mango Hill Hotel au nord de la ville près d’Auroville !

Enfin, un nouveau vol a été mis en circulation entre Bangalore et Pondichéry (le seul de l’aéroport !) qui permet donc de faire l’aller en train de nuit et le retour en avion en fin d’aprem le dimanche.

Il ne nous reste plus qu’à tester le spot de surf local pour en faire une destination week-end récurrente pour nous (surtout pendant la mousson à l’Ouest).

by in Voyage en Inde

Street
Ambi !
Street vendor

Notre deuxième visite à Calcutta (ou Kolkata), 7 ans après la première, nous ne nous a pas laissé indiférents. La première fois, nous avions parcouru “la cité de la joie” (sic) comme les autres villes Indiennes que nous avions traversées. Ok, on avait été étonné par les hommes qui tirent encore à la main des semblants de charettes (les fameux “rickshaw pullers” ou “hommes-chevaux”) mais rien de plus. Cette fois, nous avons vraiment eu l’impression de visiter un pays différent de celui dans lequel nous vivons depuis plus de deux ans.

D’un point de vue architectural et historique Calcutta est une belle ville, avec un riche passé colonial, souvent décati, parfois en ruine mais au charme indéniable. Mais rapidement, en se promenant dans la ville, on comprend assez aisément que la conservation des vieilles pierres, si chères aux touristes, est certainement le cadet des soucis des milliers de personnes qui habitent dans la rue.

C’est certainement cliché de dire ça mais Calcutta peut choquer par la misère qui y règne : des gens, parfois des enfants seuls, vivent partout sur les trottoirs. Ils mangent, se lavent, dorment, travaillent sur les mêmes 2 mètres carré, ce qui en fait objectivement un paradis pour photographe tant les scènes à chaque coin de rues sont inattendues et pleines de vie. Une fois passée la première stupeur, on découvre que Calcutta a autre chose à offrir et que cette ville dégage un charme bien particulier grâce aux milliers de taxis-ambassadors jaunes d’un autre temps, aux vieux bâtiments surannés, aux vendeurs de rue omniprésents, mais aussi grâce à son fleuve qui aère la ville et le grouillant Howrah bridge
On a souvent l’impression d’être juste spectateur perdu dans une ruche aux codes inconnus : un cocktail explosif, l’Inde dans ce qu’il y a de plus vivant, beau et… sans pitié. On sent que cette ville a un potentiel de capitale internationale (qu’elle a d’ailleurs été dans la première partie du British Raj) mais qu’elle a pris du retard, beaucoup de retard.

Coté culinaire, nous avons été conquis par la gastronomie unique de cette région que nous avions déjà eu l’occasion de goûter à Bangalore. Grands fans de poissons, les Bengalis utilisent aussi énormément… la moutarde ! Ca donne des plats très différents de ce que nous avons l’habitude de manger dans le reste de l’Inde, assez fins et délicieux !

Ce petit week-end a surtout été une bonne piqûre de rappel pour nous : en vivant à Bangalore et en habitant et travaillant à Indiranagar, on oublie parfois ce qu’est l’Inde. Nous vivons clairement dans un environnement protégé ici (sans pour autant vivre dans une résidence fermée) et il est parfois important de se confronter à une autre réalité de ce pays qui concerne certainement la plus grande partie de la population.

Notre start-up : TITRI

Bangkok VS Kuala Lumpur VS Singapore TOP 10 restaurants Indiranagar 2014 Que faire à Bangalore ? Notre TOP 10 Only In India Bang Alors?! Yoga Quiz Traffic Vespa - local painting Shared Ambi! Bullet trip

Facebook

Twitter

G+

Notre trip moto Paris-Sydney

On The Road Again, the blog for all our trips Out of India, including the one we did from Paris to Sydney on a motorcycle...

Email newsletter

RSS Abonnez-vous au blog par email / You'll receive an email for every new post

Categories

DeersAigretteFind the errorMjestic flightSnake birdPunk birdIbisDeers runningBee-eaterHard landingIbis flyingGroup flyingCrocodile and his friendsDeersBird of preyStagPool with a viewCormorans

Archives